Manoir de Saint-Ouen près Paris

Centre du duché et ancien siège de l'Ordre des chevaliers de la Noble Maison de Saint-Ouen et de l'Etoile
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 en détente

Aller en bas 
AuteurMessage
antoine

avatar

Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: en détente   Lun 1 Déc - 11:35

antoine avait rapproché un siège de l'immense cheminée de la pièce. Il s'était assis dans ce dernier après avoir pris soin de le placer de côté par rapport au feu.
De son bras droit il avait saisi un tisonier et avec ce dernier grattait les buches de chênes qui brûlaient. Attendant nonchalamment il ne savait trop quoi.
Des flammèches crépissaient à chaque fois qu'il enfonçait le tison. Et de nombreuses étincelles bondissaient de l'âtre.
Une des buches était plus récalcitrante et sa braise se détachait moins facilement. Il planta alors violemment le tisonier à son extrémité, ce qui eu pour effet de faire se quiller cette buche. Toutes les autres en furent déplacées


Crotte de zut de satané feu.

Cela avait eu pour effet que l'une des buches était retombées sur le petit tas se trouvant à droite, assez proche du feu pour sécher mais assez loin pour ne pas s'enflammer.
Sous le choc, une large morceau d'écorce se décrocha, ce qui eu pour effet de dévoiler quelques pince oreilles qui se mirent à courir dans tous les sens.
Antoine amusé par cela tentait de les écraser avec le tisonier.
Quel curieux jeu là. L'un d'entre eux lui résistait. Il s'était caché sous les buches et était devenu innaccessible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antoine

avatar

Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: en détente   Mar 2 Déc - 11:13

Grrrrrrrr, satanées bestioles. A croire que c'est des bretonnes.

antoine pouffa de rire. Il était fier de lui.

Viens donc par ici que je te raye de la carte mon tout doux.

D'un geste rapide il fit levier avec le tisonnier et fit rouler la buche. Leva ce dernier et vint écraser le dernier insecte qui lui avait résisté. Le pince oreille encore vivant, il avança le tisonnier à hauteur des flammes et un sifflement se fit entendre. Le feu avait eu raison de l'insecte.

Et voilà, il était inutile de résister. Tout compte fait les bretons sont plus difficiles à tuer.

Sans même prendre le temps de refaire correctement le feu, il s'affaissa dans le fauteuil. Son bras droit et gauche pendant nonchalamment de chaque côté. Le tisonnier toujours tenu en main.
Il se remémorait les différentes batailles auxquelles il avait participé. Sa première et celle qui l'avait marqué à vie, à Béziers contre les IT qui avaient pris la ville et tenait en otage Lorgol.
Puis sa plus belle aventure, lors de la capture du Grand Duc de Bretagne, Gomoz. Quelle bataille se fut ce jour là. Se battant contre ses grands et fiers soldats que composait la Grand Garde Ducale. Mais ils étaient parvenus à capturer Gomoz et ils avaient ensuite pris la fuite le remettant au Grand Maistre de France de l'époque. Ce fut une belle attaque surprise et ce jour là Saint Arnvald et Saint Louis étaient avec eux. Jamais Antoine n'aurait pu rêvé pouvoir faire cela. C'était là un fait d'arme qu'il n'aurait jamais envisagé faire un jour. Mais ils le firent. Azdrine et lui, combattant tout à côté. Azdrine s'occupant du Grand Duc et antoine des gardes tentant d'approcher. Lancelote non loin d'eux. Ils avaient livrés de beaux duels. Autrement plus beau que celui qu'il venait de livrer contre le pince oreille.
Antoine eu un large sourire. Puis il leva le bras , pointant le tisonnier en l'air. Donna quelques coups dans le vide. Puis le laissa retomber à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle_de_Siorac
Cadet
avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: en détente   Lun 2 Fév - 3:25

Un pas à trois pieds, tout léger. Deux poulaines et une canne.

Arielle estoit entrée dans le Mess, déçue par l'ambiance morne et tendue de l'Assemblée. Le silence régnoit céans, ponctué seulement par le crépitement des flammes. Là-bas, découpé en silhouette immobile, un homme.

Elle s'approcha en silence, à travers la pénombre parfumée de cendres, jusqu'au halo doré projeté sur le sol. Reconnoissant Antoine, elle luy sourit puys, sans un mot, prict place en un fauteuil.


Bonsoir, chuchota-t-elle simplement.

Ses prunelles se perdirent dans le chaud ballet des flammes. Elle songeoit à l'honneur qui l'avoit saisie jusqu'à luy couper le souffle le jour où elle avoit été admise céans. À l'époque, une sincère surprise l'avoit faict hésiter, elle qui avoit cru son travail ignoré, voire méprisé. Quel heureux moment que celuy où son vieil ami Juliano l'avoit ceinte du collier... Quel bel instant d'espoirs!

Meshui, elle estoit vieille, presque incapable de prendre soin d'elle. Oh, pas si âgée, tout de mesme, mais diminuée. Sa mémoire à court terme estoit pour le moins défaillante, et jamais plus elle ne pourroit combattre. Néanmoins, elle avoit encor toute sa teste.

Et elle estoit assez lucide pour voir clairement ce qui se passoit autour d'elle, la laissant pensive.


Comment allez-vous, Messire? Après une longue méditation, elle avoit soufflé cette politesse de sa voix éteinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seigneurieaze.superforum.fr
antoine

avatar

Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: en détente   Lun 2 Fév - 14:00

Il était là, quelque peu affalé sur le fauteuil, immobile à présent, plongé dans ses pensées, lorsqu'il vit entrer Arielle de Siorac. Celle-ci ne faisait pas un bruit. Si le fauteuil avait été tourné vers l'opposé il n'est pas certain qu'il l'aurait entendue malgré son tout léger «Bonsoir » et le « comment allez vous Messire » qui s'en suivit. Ce n'était point de la timidité, il en était certain. Peut être de la fatigue. Surtout que la dame s'aidait toujours et encore de sa canne pour se mouvoir.

Bonsoir votre Grâce, bien et vous comment allez vous?

Il avait répondu en se relevant du mieux qu'il le pouvait pour se tenir à présent droit dans le fauteuil. Toujours le tisonnier en main, tenu fermement

J'ose espérer que le Très Haut veille du mieux qu'il le peu sur votre personne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle_de_Siorac
Cadet
avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: en détente   Lun 2 Fév - 16:14

Sourire tout simple. Maugré le faict qu'elle l'ait fort peu fréquenté, elle aimoit bien cet Antoine taciturne.

Je vous remercie, cher messire, je vais bien maugré les apparences, murmura-t-elle. Ou du moins... je vais mieux.

Arielle ne savoit pas pourquoi elle avoit dict cela. Une intuition, qui parfoys déjouoit le dédale de son esprit pour luy souffler un soupçon de mémoire, à peine une impression. Elle sentoit qu'elle venoit de passer des temps difficiles; d'ailleurs, cette canne, ces vestements de deuil, ce filet de voix, tout confirmoit ce qu'elle ressentoit dans son ventre. Un reste d'angoisse.

Et pourtant, elle se sentoit bien. Pensive et recueillie, mais paisible.


J'espère ne point vous importuner. Pour ma part, je suis contente de trouver un peu de compagnie en ces lieux sombres.

Excusez-moy à l'avance si je vous semble quelque peu confuse...
Son sourire se désola. Ma mémoire me joue des tours depuys quelques temps. C'est fort gesnant. Je puys vous mander ce que vous faictes ces temps-ci? Occupez-vous quelque charge? J'ai perdu contact avec les actualités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seigneurieaze.superforum.fr
antoine

avatar

Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: en détente   Mar 3 Fév - 15:45

M'importunez? Voyons donc, comment la compagnie d'une femme peut elle importuner un homme. Cela ne se peut point.

Tout en disant cela il frappait avec force les buches dans le feu à l'aide du tisonnier et grattait la braise dont il faisait à présent un tapis devant le feu. Elle était rouge vif et dégageait une forte chaleur qui réchauffa subitement le visage d'antoine qui se leva pour se servir à boire.

Un peu de ce vin du Sud Ouest peut être, il vient d'une région que vous devez connaître limitrophe entre nos deux duchés, le Saint Mont. Je vais pour ma part m'en servir une petite rasade, en attendant la viande. J'ai en effet fait venir en ces lieux un tonneau de ce vin que j'apprécie énormément

Ces mots s'accompagnèrent d'un large sourire, sans doute l'idée de manger un beau morceau de viande bien rouge plaisait elle à antoine. Il aimait mangé la viande ainsi, grillé, cela lui rappelait les nombreuses campagnes qu'il avait effectué avec le temps, le plus souvent pour servir son Roy.
Puis tout en saisissant la cruche de vin


Comme je le disais donc, vous en m'importunez point, j'attendais que l'on m'amène la viande que j'ai commander, je peux la partage r avec vous. Ce serait un réel plaisir et vous ferait le plus grand bien. Rien de tel je puis vous assurer qu'une viande bien rouge avec une rasade de vin.

Puis tout en se servant et attendant que la dame accepte un verre elle aussi

De fonction? Non, je n'en occupe plus. J'ai rendu ma charge de Secrétaire d'Etat lorsqu'il me fut proposé par feu notre ami commun le Prince Juju de me rendre dans les nouvelles provinces du Roy. Province où j'ai effectué deux mandats de conseiller avant de devoir me retirer dans un monastère.
J'ai tenté par la suite d'intégrer les Ecuries Royales en tant que Premier Ecuyer de France, mais on m'a fait comprendre que cela ne serait pas possible.
Sourire de courtoisie à la dame Et vous toujours au Béarn?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle_de_Siorac
Cadet
avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: en détente   Mar 3 Fév - 22:22

Un pétillement des prunelles vinct s'ajouter au reflet des tisons dans les yeux noisette. Arielle avoit affaire à un bon vivant; c'estoit une bonne nouvelle.

Volontiers, Messire, un peu de vin et de chair ne pourra que me rendre quelques couleurs. Je vous remercie!

Ses pensées vagabondèrent dans les flammes tandis que son compagnon évoquoit Juliano et les provinces du Sud. Un arrière-goût amer remontoit lentement à sa gorge comme une marée de bile. Avoit-elle commis une erreur en plongeant dans cette aventure méridionale? Quel bilan devoit-elle tirer de ces douloureux mandats?

Alloit-elle un jour guérir de tout cela?


Moy non plus, je n'occupe plus de fonctions, si ce n'est celle, plus honorifique qu'autre chose, qu'Académicienne royale. Ma santé défaillante l'explique en partie; néanmoins, je souhaicte encor mettre mes modestes capacités au service d'une cause plus grande que moy. Il me faudra trouver une façon de pallier à ma nouvelle faiblesse physique.

Et aussi à ces frustrantes pertes de mémoire... La comtesse garda ce dernier détail pour elle, mais il luy fict retrousser la lèvre en une moue presque juvénile.

Je ne suis plus en ce Béarn perfide, non. J'ai eu un irrépressible besoin d'air, de revoir de vieux amis, de m'éloigner de ce pays ingrat. Me voilà sur les routes, à présent, à gouster aux joyes du voyage avec mon époux, mes enfants et mon escorte. C'est fort rafraischissant, bien que nostre plaisir soit teinté d'une peine immense.

Elle ferma les yeux quelques instants, inspirant un peu d'air enfumé afin de brouiller le serrement de coeur à venir.

Mon fils aisné est décédé récemment. J'ignore de quelle façon. Je n'ai mesme pas pu assister à ses funérailles, ayant appris la nouvelle trop tard.

Luy et moy nous étions éloignés l'un de l'autre; il m'avoit amèrement déçue, devenant de plus en plus fat et vain, comme son défunt père. Il sembleroit mesme que je l'aie renié... mais de cela, je n'en conserve aucun souvenir.

Il faut dire que je ne me souviens de presque rien entre ce jour fatal où j'éclatai de colère en place publique, à Pau, alors que j'estois comtesse du Béarn, et ce jour d'hui. Je commence seulement à retrouver une vie normale.


Pourquoi luy racontoit-elle tout cela? Estoit-ce ce silence, la pénombre, l'impression d'intimité dans cette bulle de lumière dorée qui la poussoit aux confidences?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seigneurieaze.superforum.fr
antoine

avatar

Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: en détente   Ven 6 Fév - 15:29

Un large sourire s'afficha sur son visage, il chercha du regard un second verre. Le saisi et y versa un peu de Saint Mont. Puis se tourna vars la dame pour lui apporter le verre qu'il tenait en main droite, tenant le sien de la gauche.

Académicienne royale, il ignorait ce que cela pouvait bien réellement signifier. Il savait que la dame avait été à une époque responsable de la diplomatie royale, y avait il un lien avec cette fonction là, il l'ignorait. Mais ne voulu point trop se montrer stupide


Académicienne royale? Ma foy. Et en quoi cela consiste il donc votre Grâce? Sans doute pouvez vous par cette fonction mettre vos capacités qui j'en suis convaincu ne sont point modestes, au service de notre Bon Roy, Dieu veille sur lui. Puis après un temps d'arrêt Faiblesse dites vous. Mais nous en avons tous soyez en assurée.

Puis écoutant la suite tout en s'approchant pour finalement lui tendre le verre.

Et bien dites moi, il semblerait que la vie ne vous ait point épargnée ces derniers temps. Il faut avoir confiance en notre concepteur, vous verrez, des lendemains plus heureux vous souriront un jour prochain.
J'ai en effet appris que vous aviez quitter le Béarn, que vous qualifiez de perfide, ma foy vous devez avoir vos raisons, vous êtes passée par chez moi, en Armagnac Comminges, je regrette que nous ne nous y soyons point vue.


Il semblait que la dame avait un certain besoin de se confier. Mais antoine ne souhaitait pas qu'elle se morfonde trop dans le chagrin , car il apparaissait que le malheur ne l'avait pas vraiment épargné depuis cet accident survenu alors qu'elle était feudataire du Béarn. Alors tournant la tête vers la porte d'entrée

Quand donc ce valet va t il arriver avec la viande.

Puis se tournant à nouveau vers la dame.

Toutes mes condoléances votre grâce. Peut être vous reviendra t il à l'issue du grand voyage. Oui peut être reviendra t il à la vie. Loué soit le Très haut de nous le permettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: en détente   

Revenir en haut Aller en bas
 
en détente
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tente en coton pour le Re-Enactment
» Un petit moment de détente
» Un peu de détente avant les résultats
» Un parent d’élève tente d’étrangler une institutrice
» Tente roulotte a vendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manoir de Saint-Ouen près Paris :: Le Manoir :: Archives de l'Académie-
Sauter vers: